Habituellement lieu de vacances ensoleillées, la Grèce s'est transformée ces dernières semaines en place de Bourse empoisonnée. Le cours du FTSE/Athex, l’équivalent du CAC40, a dévissé de plus de 35 % depuis décembre 2014. Cette chute fait écho aux difficultés économiques du pays, mais également au puissant désir de justice sociale qui agite les Grecs.

Quelles pourraient être les conséquences de ces évènements se déroulant aux confins de l'Europe ? Devons-nous avoir peur pour notre porte-monnaie ou cette crise passera-t-elle loin de la France ? Et si la Grèce quittait l'Europe ?

Ne craignez rien pour vos dépôts

Quelles que soient les fluctuations de la bourse grecque, il n’y a aucun risque de voir vos liquidités déposées à la banque disparaître. Que ce soit pour vos comptes courants ou vos livrets d’épargne, vous pouvez dormir tranquille et partir en vacances sereinement : vous n’avez rien à craindre ! Tout d’abord parce que la crise de l’économie grecque ne passe pas les frontières du pays : par conséquent, aucune contagion n’est possible en ce qui concerne les banques de dépôt. En second lieu parce que l’État français garantit vos avoirs à hauteur d’un plafond de 100 000 € par déposant et par établissement.

Et les actions ?

Le CAC40 a baissé de 5 % depuis le 1er juillet du fait de l’inquiétude des marchés financiers sur une éventuelle sortie de la Grèce de l’Euro et des conséquences que cela pourrait induire. N’oubliez toutefois pas que vous ne perdez pas d’argent tant que vous ne vendez pas ! Aussi, ne cédez pas à la panique : vos investissements en actions sont des placements à long terme.

Le cas de l’assurance-vie

Depuis 2011, et la décision de restructurer la dette, les compagnies d’assurance ont pu souscrire aux titres de l’État grec. Il semble pourtant qu’elles n’aient pas investi plus de 1 à 2 % des 1 400 milliards placés sur des supports d’assurance-vie dans des OAT (Obligations Assimilables du Trésor, autrement dit des titres d’État). Ainsi, le risque de voir fondre vos économies est d’autant plus limité que les compagnies disposent de réserves suffisantes pour faire face à une crise de la dette grecque.

__

En conclusion : les conséquences financières directes de la crise grecque sur votre porte-monnaie sont quasiment inexistantes.

Source : YouLoveWords.com