Mandarine Europe Microcap

(LU1303940784)

Présentation

Mandarine Europe Microcap sélectionne des sociétés de très petite capitalisation avec de la croissance et des valorisations paraissant raisonnables.

« Capter le potentiel de croissance des microcaps européennes dans un cadre de risque maitrisé »

Voilà l’objectif du fonds Mandarine Europe Microcap, géré par Sébastien Lagarde.

Mandarine Europe Microcap vise en effet à sélectionner des sociétés de très petite capitalisation, univers caractérisé, jusqu’à maintenant, par de la croissance et des valorisations paraissant raisonnables. Le gérant utilise une approche « quantamentale », c’est-à-dire combinant une analyse quantitative et fondamentale de l’univers d’investissement. Comme tout investissement en actions, le fonds présente un risque de perte en capital.

Le filtre de liquidité appliqué à l’univers des microcaps peut permettre d’éliminer les sociétés présentant un risque de liquidité jugé trop élevé par la société de gestion (moins de 100 000€ de titres échangés par jour). Ce filtre réduit de manière significative l’univers éligible et peut permettre d’avoir en portefeuille des valeurs dont l’achat ou la vente est relativement aisé, rapide et relativement peu coûteux. Cet aspect semble essentiel à l’équipe de gestion pour cette classe d’actifs.

Les sociétés au sein de l’univers éligible résultant de cette première étape sont notées selon des critères quantitatifs pouvant permettre d’établir une buy-list de sociétés bénéficiant, jusqu’à maintenant, d’une croissance bénéficiaire de qualité, d’une valorisation attractive et d’une dynamique positive du cours de l’action. Le suivi des sociétés qui entrent dans la composition du portefeuille se fait ensuite d’un point de vue fondamental.

Une sélection de 160 à 200 valeurs

Le processus de construction de portefeuille fixe à 2 % le poids maximal de chaque titre en portefeuille (dans les faits plus proches de 1 % maximum) afin de limiter l’impact d’éventuels accidents de parcours. De plus, le portefeuille est plutôt équipondéré, avec des réajustements quotidiens. Grâce à la faible corrélation des titres, la volatilité de Mandarine Europe Microcap reste, jusqu’à présent inférieure à celle du marché, ne respectant pas ainsi l’idée reçue qui voudrait que les fonds investissant sur les très petites valeurs soient plus volatils que les autres fonds actions…

Enfin, les contraintes par rapport à l’indice de référence viennent réduire le risque relatif du portefeuille par rapport à son indice de référence MSCI ® Europe Micro Cap – Net Returns (somme des écarts sectoriels et géographiques entre le fonds et son indice inférieure à 30 %).

Ainsi, offre unique dans la gestion des microcaps, à ce jour notée 4 étoiles par Morningstar, ce fonds de convictions propose un portefeuille très diversifié.

Le gérant, qui bénéficie d’une expérience de plus de 10 ans sur les microcaps, surperforme de manière notable son indice de référence (MSCI ® Europe Micro Cap – Net Returns) depuis la création du fonds (90 % contre 55.81 % pour l’indice – période : du 31.12.2013 au 30.06.2017).

Rappel

Les supports en unités de compte ne garantissent pas le capital versé et sont soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Avantages

Inconvénients

Documentation

 
 
 
 
 
 

Avantages

  • Une expertise et un processus de gestion éprouvés : le gérant principal, Sébastien Lagarde, suit l’univers des microcaps depuis 2002 et gère cette classe d’actifs depuis 2005.
  • Une sélection de sociétés identifiées à fort potentiel de croissance et ayant une valorisation raisonnable.

Inconvénients

  • Un biais : petites capitalisations par rapport à l’indice de référence.
  • Pas de garantie en capital.

L'interview du gérant

Sébastien LAGARDE


  • Depuis 2015 : Mandarine Gestion - Gérant actions microcaps.
  • 1999-2015 : Axa Investment Managers - Gérant de portefeuilles d’un fonds Microcap et de fonds matières premières internationaux, Analyste financier Petites et Moyennes valeurs européennes, Analyste quantitatif.
  • 1997-1999 : CPR Gestion - Analyste quantitatif.

Comment définissez-vous les micro-capitalisations ?

Nous nous inspirons de la méthodologie développée par MSCI qui calcule des indices de microcaps dans tous les pays développés depuis quelques années et considère que ce sont les 2 derniers pourcents de la cote boursière. Cela donne actuellement un seuil maximal de 500M€ de capitalisation boursière.

Quels sont leurs atouts principaux ?

Selon nous, ce sont en moyenne des sociétés plus jeunes et plus innovantes que les grandes capitalisations boursières (les largecaps). Elles peuvent donc offrir globalement plus de croissance bénéficiaire, ce qui se traduit par une surperformance boursière sur le long-terme. Par ailleurs, ces sociétés ne sont pas dans le radar des grands investisseurs car elles sont peu liquides en bourse : beaucoup d’entre elles offrent des ratios de valorisation raisonnables.

Ces valeurs ne sont-elles pas trop risquées ?

Prises isolément, elles sont effectivement plus risquées, car moins diversifiées dans leurs activités et moins liquides en bourse. La bonne nouvelle, c’est que leurs performances boursières sont moins corrélées entre elles. L’univers des microcaps permet donc de construire des portefeuilles mieux diversifiés que l’univers des largecaps. De manière contre-intuitive, un portefeuille bien construit de microcaps pourra donc être moins volatil qu’un portefeuille de largecaps.

En quoi votre approche est-elle originale ?

Tout d’abord, il faut noter que l’univers d’investissement lui-même est original : si la culture des microcaps existe aux Etats-Unis depuis plusieurs décennies, elle ne fait que poindre son nez en Europe. Les fonds de microcaps réellement paneuropéens se font rares. Par ailleurs, la très grande diversification du portefeuille sur au- moins 160 sociétés différentes, l’encadrement des risques avec des poids raisonnables sur chaque société en portefeuille et un contrôle des paris sectoriels et géographiques, ainsi qu’un système de screening complet de l’univers d’investissement basé sur des modèles quantitatifs rendent le processus de gestion du fonds très original. Je le qualifie souvent de « quantamental ».

Comment a évolué le fonds depuis sa création ?

Sur la période, les microcaps européennes ont bénéficié des mesures mises en place par de nombreux gouvernements en faveur des PME. Depuis son lancement en 2014, le fonds a battu son indice de référence (MSCI ® Europe Micro Cap – Net Returns) chaque année grâce à une sélection de titres favorable : avec une performance de +90 % au 30 juin 2018, le fonds surperforme son indice de référence de 55.81% dans un cadre de risque piloté.

Interview réalisée le 30 juillet 2018

En détail

La fiche synthétique

Code ISIN LU1303940784
Orientation de Gestion Actions européennes microcaps
Style de Gestion Croissance à un prix raisonnable (« Growth at a reasonable price »)
Devise Euro
Durée d’investissement recommandée 5 ans minimum
Indicateur de risque DICI (1) 5
Affectation des résultats Capitalisation
Domiciliation Luxembourg
Notation Morningstar TM (2) ★★★★

Eligibilité


Compte-titres PEA PEA-PME Assurance-vie
Oui Oui Oui Oui

Comment souscrire ?

Assurance-vie

Vous détenez déjà un contrat d'assurance vie Fortuneo Vie

  • Privilégiez le versement en ligne.

Il vous suffit d'effectuer une demande de versement en ligne sur votre Accès Client dans la rubrique "Versements" en sélectionnant le support d'investissement.

Vous ne détenez pas de contrat d'assurance vie Fortuneo Vie

Adhérez au contrat Fortuneo vie en ligne. Vous pourrez alors sélectionner le support d'investissement.

Compte Bourse

Vous détenez déjà un Bourse

Pour investir en toute simplicité dans le cadre d'un compte Bourse, rendez-vous sur votre Accès Client rubrique "passage d'ordres" après avoir consulté le Document d'Investissement Clé pour l'Investisseur.

Vous ne détenez pas encore de compte Bourse Fortuneo ?

Ouvrez un compte-titres en ligne.

Désignée Banque la moins chère en 2018
Pour les profils « employé », « commerçant » et « chef d’entreprise » (Capital/Panorabanques.com, mars 2018)